GSEMMA À QUÉBEC

Canciones en francés

Charles Aznavour

Desde hace mucho, escuchaba cantar a Charles Aznavour (en castellano), pero escuchar “Venecia sin ti” en francés fue…genial¡¡

Que c’est triste Venise

Paroles: Françoise Dorin. Musique: Eddy Barclay

Que c’est triste Venise
Au temps des amours mortes
Que c’est triste Venise
Quand on ne s’aime plus

On cherche encore des mots
Mais l’ennui les emporte
On voudrais bien pleurer
Mais on ne le peut plus

Que c’est triste Venise
Lorsque les barcarolles
Ne viennent souligner
Que des silences creux

Et que le cœur se serre
En voyant les gondoles
Abriter le bonheur
Des couples amoureux

Que c’est triste Venise
Au temps des amours mortes
Que c’est triste Venise
Quand on ne s’aime plus

Les musées, les églises
Ouvrent en vain leurs portes
Inutile beauté
Devant nos yeux déçus

Que c’est triste Venise
Le soir sur la lagune
Quand on cherche une main
Que l’on ne vous tend pas

Et que l’on ironise
Devant le clair de lune
Pour tenter d’oublier
Ce qu’on ne se dit pas

Adieu tout les pigeons
Qui nous ont fait escorte
Adieu Pont des Soupirs
Adieu rêves perdus

C’est trop triste Venise
Au temps des amours mortes
C’est trop triste Venise
Quand on ne s’aime plus

Francis Cabrel

En las listas, y en los blogs, se comparten también nombres de cantantes y de canciones en francés. En la lista de colombianos (muchas gracias¡) compartieron el site de Francis Cabrel (
http://www.franciscabrel.com/
) ..desconocido para muchos de nosotros hasta que escuchamos la versión en francés de “La quiero a morir“….excelente…

Je l’aime à mourir
Paroles et Musique: Francis Cabrel 1972 “Les chemins de traverse”
© Warner Chappell Music France
autres interprètes: Nouvelle Star

Moi je n’étais rien,
Mais voilà qu’aujourd’hui
Je suis le gardien
Du sommeil de ses nuits,
Je l’aime à mourir.

Vous pouvez détruire
Tout ce qu’il vous plaira,
Elle n’aura qu’à ouvrir
L’espace de ses bras
Pour tout reconstruire,
Pour tout reconstruire.

Je l’aime à mourir.

Elle a gommé les chiffres
Des horloges du quartier,
Elle a fait de ma vie
Des cocottes en papier,
Des éclats de rires.

Elle a bâti des ponts
Entre nous et le ciel,
Et nous les traversons
A chaque fois qu’elle
Ne veut pas dormir,
Ne veut pas dormir.

Je l’aime à mourir.

Elle a dû faire toutes les guerres,
Pour être si forte aujourd’hui,
Elle a dû faire toutes les guerres,
De la vie, et l’amour aussi.

Elle vit de son mieux
Son rêve d’opaline,
Elle danse au milieu
des forêts qu’elle dessine,

Je l’aime à mourir.

Elle porte des rubans
qu’elle laisse s’envoler,
Elle me chante souvent
que j’ai tort d’essayer
De les retenir,
De les retenir,

Je l’aime à mourir.

Pour monter dans sa grotte
Cachée sous les toits,
Je dois clouer des notes
A ses sabots de bois,

Je l’aime à mourir.

Je dois juste m’asseoir,
Je ne dois pas parler,
Je ne dois rien vouloir,
Je dois juste essayer
De lui appartenir,
De lui appartenir,

Je l’aime à mourir.

Daniel Levy

Finalmente, hace unas semanas, Joseph M. mencionó en su blog (gracias¡) una canción cantada por Daniel Levy L’envie D’aimer ….sencillamente, conmovedora¡….

Joe Dassin
L’Été Indien

L’été indien

Paroles: Pierre Delanoé & Claude Lemesle. Musique: S.Ward, P.Losito, Pallavicini & S.Custugno 1988
© SBK Songs

Tu sais, je n’ai jamais été aussi heureux que ce matin-là
Nous marchions sur une plage un peu comme celle-ci
C’était l’automne, un automne où il faisait beau
Une saison qui n’existe que dans le Nord de l’Amérique
Là-bas on l’appelle l’été indien
Mais c’était tout simplement le nôtre
Avec ta robe longue tu ressemblais
A une aquarelle de Marie Laurencin
Et je me souviens, je me souviens très bien
De ce que je t’ai dit ce matin-là
Il y a un an, y a un siècle, y a une éternité

On ira où tu voudras, quand tu voudras
Et on s’aimera encore, lorsque l’amour sera mort
Toute la vie sera pareille à ce matin
Aux couleurs de l’été indien

Aujourd’hui je suis très loin de ce matin d’automne
Mais c’est comme si j’y étais. Je pense à toi.
Où es-tu? Que fais-tu? Est-ce que j’existe encore pour toi?
Je regarde cette vague qui n’atteindra jamais la dune
Tu vois, comme elle je reviens en arrière
Comme elle je me couche sur le sable
Et je me souviens, je me souviens des marées hautes
Du soleil et du bonheur qui passaient sur la mer
Il y a une éternité, un siècle, il y a un an

On ira où tu voudras, quand tu voudras
Et on s’aimera encore lorsque l’amour sera mort
Toute la vie sera pareille à ce matin
Aux couleurs de l’été indien

mayo 6, 2007 - Posted by | canciones en francés

Aún no hay comentarios.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: